Brandon LaBelle (Berlin, Allemagne)

Présentation d’artiste
Mardi 30 janvier, 18:00
École d’art, Université Laval (local à confirmer)

Présentation du projet
Vendredi 2 février
Quartier St-Roch, Québec (heures et lieux à confirmer)

Brandon LaBelle est un artiste, auteur et théoricien oeuvrant avec la culture sonore, la voix et les questions d’ « agentivité » (agency). Il développe et présente des projets artistiques et des performances dans un éventail de contextes internationaux, travaillant souvent en collaboration et en public. Parmi ses travaux récents, on retrouve The Ungovernable, Documenta 14, Athènes (2017), The Night Birds (take back the city), La Virreina Centre de la Imatge, Barcelone (2017) et The Living School, South London Gallery (2016). Il est l’auteur de Sonic Agency (2017), Lexicon of the Mouth (2014), Diary of an Imaginary Egyptian (2012), Acoustic Territories (2010) et Background Noise (2006 ; 2015). Il vit à Berlin et travaille à l’Université de Bergen.

« En tant qu’artiste, je m’intéresse aux histoires et aux expressions de la marginalité, de la sous-culture, aux résistances cachées et aux formations de communautés improbables. Mon travail se développe à travers une recherche située, des installations et actions, tout comme par l’expérimentation concrète et l’improvisation, intégrant souvent des éléments collaboratifs et contextuels. À travers une telle approche, je cherche à manifester une relation élargie à la notion et aux réalités du dépossédé et de l’évadé, de l’invisible et de l’aliéné, et de voir dans « the art of making do » le potentiel d’une liberté profonde et d’un renouveau. Cela mène à des expériences de travail se déployant à travers un large éventail de contextes et de localisations géographiques, des musées d’art contemporain et aux institutions à des sites abandonnés et des édifices oubliés. Une telle diversité permet un engagement permanent avec le désordre et l’indiscipline de la vie publique tout autant qu’avec la joie trouvée dans le fait de toujours recommencer. Cela implique d’être dédié à la construction de cadres de travail institutionnels alternatifs permettant la dissémination du travail des autres, ce que je considère une contribution au corps poétique de la culture contemporaine. »


Photos : Brandon LaBelle

© 2017 Julie Faubert